HYDROMEL

0 étoiles sur 5. (0 votes)
Une gracieuseté de monsieur Scipion pÈRE, apiculteur,
Moustiers-Ste-Marie, Alpes de Haute Provence

Ustensiles :
Deux tonneaux de bois bien rincés, d’une contenance minimale de 100 litres.
Une bonbonne en verre d’une contenance d’environ 15 litres pour le pied de cuve.

 

Préparatifs :
Presser 15 kg de raisin muscat écrasé à la main, pulpe, peau et pépins.
Verser ce jus dans la bonbonne et laisser macérer 2 jours à l’obscurité à une température d’environ 25 degrés.
           

À partir du deuxième jour, écouter la bonbonne, si ça cliquette, vous pouvez rajouter un kilo de miel le plus foncé et le plus parfumé possible, comme le miel de lavande, dissous dans 5 litres d’eau pure tiède.

Sinon, attendez jusqu’à ce que vous entendiez cliqueter et rajouter le miel à ce moment-là. Brasser souvent la bonbonne.
Au bout de 4 à 6 jours, quand ça recommence à cliqueter, rajouter encore 1 kg de miel dissous dans 5 litres d’eau.

Avec environ 12 litres de cette préparation, on peut ensemencer 100 litres d’hydromel.

Note : Une température de 25 degrés pour partir est idéale, ensuite on a besoin d’au moins 12 degrés, sans trop d’écarts.
Le temps orageux est excellent pour une meilleure fermentation.

S’assurer de bien rincer les tonneaux à l’aide d’eau et de cailloux.
Verser le contenu de la bonbonne dans le tonneau et brasser soigneusement  20 autres kilos de miel et 70 litres d’eau pure tiède.
Laisser environ 2 doigts de vide dans le tonneau.

Boucher avec du coton pour obstruer la bonde, bien brasser et rebrasser une fois tous les 15 jours. La fermentation va démarrer au bout de 15 jours.
Tous les mois, soutirer environ 10 litres d’hydromel, en le laissant ruisseler pour l’oxygéner, puis les remettre dans le tonneau.

Au bout de 3 à 4 mois, le cliquetage diminue, il faut alors aérer plus souvent.

Quand on n’entend plus rien, au bout de 3 à 6 mois, il faut alors faire en sorte que ça fermente le plus possible et le plus vite possible, car il est meilleur quand il a été bien oxygéné, en le brassant et le soutirant  pour l’oxygéner, au maximum.
Ensuite, on le laisse se reposer un mois.
Avec un tire-vin, en veillant à ce que l’extrémité du tuyau du tire-vin soit un peu au-dessus de la lie, ficeler un morceau de bois qui va atterrir dans la lie, à l’intérieur du tonneau.
Soutirer l’hydromel en le passant dans un autre tonneau rempli de cailloux et le faire couler tant qu’il est clair : c’est l’ouillage.
On peut jeter la lie ou la mettre en bouteilles pour d’autres usages.

Remplir le deuxième tonneau à ras bord, sans laisser d’air et boucher hermétiquement avec du liège. Laisser vieillir au moins 8 mois.

Ensuite battre 2 blancs d’œufs, les rajouter à l’hydromel et laisser clarifier.
Installer le tire-vin, tirer l’hydromel et le mettre en bouteilles.

 

 

 

TISANE DE MENTE ET MÉLISSE

0 étoiles sur 5. (0 votes)

Pour une tasse, soit 200 ml :

Mélisse

Infuser 5 g de feuilles séchées
ou 10 g de feuilles fraîches
cette option est à privilégier, car les feuilles fraîches sont plus concentrées en principes actifs.
Menthe
Infuser 2 ou 3 feuilles par tasse, à rajouter à la mélisse.

Principes actifs :
La mélisse (Melissa officinalis) est une plante médicinale utilisée pour ses propriétés relaxantes, antispasmodiques et antivirales.

La menthe est une plante digestive régulatrice du système nerveux, analgésique, antiseptique et  cholagogue.

          

 

EAU DE CONCOMBRE

0 étoiles sur 5. (0 votes)
Une gracieuseté de DAVID McALLISTER
ÉCOSSE

 

Ajouter dans un litre d’eau :
Des petits cubes de concombre
Des lamelles de gingembre frais
Ou une branche de romarin frais
Laisser infuser 3 ou 4 h, réfrigérer.
Filtrer et consommer sans modération.