SOUPE WOOLLOOMOOLOO

0 étoiles sur 5. (0 votes)
AUSTRALIE

Pour préparer la Soupe Woolloomooloo :

Ce nom lui a été donné par un quartier, l’un des plus vieux de Sydney, et vient d’une langue aborigène où il signifie « jeune kangourou ».
Les langues aborigènes, en dépit de leur nombre et de leurs différences, ont en commun une partie de leur vocabulaire et de leur phonologie.
Entre autres, on y retrouve le plus souvent 3 voyelles, une absence de distinction entre les consonnes sourdes et voisées, une absence de consonnes fricatives, leur redoublement.
« Woolloomooloo » en est un joli exemple.

Ingrédients :
200 ml de bouillon de volailleLait de coco pour la Soupe Woolloomooloo
300 ml de lait de coco
1 petit chou vert pommé
4 carottes
1 citron vert
1 morceau de gingembre frais
1 petit bouquet de Gingembre pour la Soupe Woolloomooloocoriandre fraîche
Sel et poivre

Préparation :
Râper les carottes en grosses lanières et couper le chou en fines lanières.
Peler et hacher le gingembre.
Verser le bouillon dans une marmite et porter à ébullition.
Rajouter le lait de coco, le gingembre, la coriandre et les légumes.
Baisser le feu et couvrir.
Laisser frémir jusqu’à ce que les légumes soient tendres.
Ajouter le jus de citron vert, rectifier l’assaisonnement et servir en soupière.

Quartier de Sydney Soupe Woolloomooloo     Aborigène Soupe Woolloomooloo     Port Soupe Woolloomooloo

东坡肉 POITRINE DE PORC BRAISÉE DONG PO

0 étoiles sur 5. (0 votes)
Une gracieuseté de WEI HAO
CHINE

Pour 东坡肉 Poitrine de porc braisée DONG PO :

Ingrédients :Échalote pour 东坡肉 POITRINE DE PORC BRAISÉE DONG PO
1 kg de poitrine de porc
50 gr de gingembre émincé
50 gr d’oignons rouges émincés
50 gr d’échalotes émincées
50 gr d’oignons verts tranchés
45 gr de sucre roux
600 ml de bouillonOignons verts pour 东坡肉 POITRINE DE PORC BRAISÉE DONG PO
1 ½ cuillère à soupe de vin chinois
1 cuillère à café de sauce soja foncée
1 cuillère à café de sel

Préparation :
Mettre la poitrine de porc dans une casserole et la recouvrir d’eau froide, faire chauffer à feu moyen pendant 40 mn.
Laisser refroidir et la placer au freezer dans une pellicule plastique pendant 30 mn pour la faire durcir.
Découper la poitrine de porc une fois gelée, en morceaux de 4.5 sur 3.5 cm, on obtient environ 20 morceaux.
Faire frire les tranches de gingembre, d’oignons rouges, d’échalotes et d’oignons verts jusqu’à ce qu’ils dégagent leur arôme.
Dans un wok, mettre une peu de l’huile ayant servie à frire les aromates et faire fondre le sucre à feu doux jusqu’à ce qu’il caramélise.
Puis ajouter le bouillon et remuer pour faire fondre le caramel. Rajouter le vin, le sel et la sauce soja et mélanger le tout soigneusement.
Tapisser le fond d’une casserole à fond épais d’une grille en bambou, y déposer les tranches de gingembre, d’oignons rouges, d’échalotes et d’oignons verts frits, puis les morceaux de porc, côté couenne vers le fond, et verser par-dessus le liquide de cuisson.
Amener à ébullition, puis réduire à feu doux et laisser mijoter au moins 3 h sans remuer.
Servir sur un lit de riz et de légumes ou avec du pain.

Riz et légumes pour 东坡肉 POITRINE DE PORC BRAISÉE DONG PO    Cube de porc pour 东坡肉 POITRINE DE PORC BRAISÉE DONG PO     Vin chinois pour 东坡肉 POITRINE DE PORC BRAISÉE DONG PO

PEKMEZ BISQUIT

0 étoiles sur 5. (0 votes)
Une gracieuseté de SINEM MAVI
TURQUIE

Pour vos Pekmez Bisquit, vous aurez besoin de:

Ingrédients :
1 œuf
100 gr de beurre
4 à 5 cuillères de Pekmez (sirop de raisin)
½ cuillère à café de cannelle
1 pincée de gingembre
½ cuillère de levure
1 ½ cuillère de farine

cannelle pour les Pekmez Bisquit

Préparation :
Préchauffer le four à 365°F.
Mélanger le Pekmez, la cannelle, le gingembre et la levure.
Ajouter l’œuf, le beurre et la farine.
Former les biscuits avec la paume de la main et les déposer sur une plaque allant au four. Les cuire au four jusqu’à ce qu’ils soient dorés.


À propos du Pekmez (tiré de Wikipedia):

« Dans la région d’Antalya, le raisin est écrasé dans des tekne (cuves en bois). Le jus est ensuite concentré dans des kazan (petites marmites en cuivre). Pour clarifier ces jus, une pratique très ancienne est encore utilisée : le collage avec une terre locale (toprak) extraite de la montagne proche. Cette terre s’est révélée être constituée d’argile et de chaux1. Après le premier chauffage, qui dure quelques heures, le dépôt a sédimenté et il est filtré dans un sac de jute. Puis ce sirop noir et épais est chauffé une seconde fois pour accentuer la concentration. C’est ce sirop de raisin qui est appelé Üzüm pekmezi et qui sert à agrémenter le petit déjeuner ou à conserver, pour l’hiver, des courgettes et des aubergines. Il contient principalement des sucres dont le glucose (19,4 %) et du fructose (24,3 %)2.

La fabrication du pekmez est à l’origine de deux techniques de fabrication du vin, le collage et la désacidification, en effet l’utilisation d’une argile calcaire pour la clarification entre deux chauffes serait à l’origine de ces deux pratiques. »